Amnessens
Formatrice

Il était une fois l’estime de soi

 

 

Imaginez vivre dans un monde où tout vous parait possible, où vous vous sentez la personne la plus aimable et dans lequel vous avez une haute opinion de vous.

Imaginez tout le potentiel que vous pourriez déployer.

Imaginez tout ce que vous pourriez créer dans votre vie.

Comment cela est-il possible ?

Comment pourriez-vous révéler votre plein potentiel et naviguer dans la vie avec bonheur et certitude ?

Qu’est-ce qui fait que cela peut paraitre impossible ?

La plupart du temps, nous pensons que nos déboires sont liés aux circonstances extérieures et passons notre vie à vouloir changer cet extérieur sur lequel, en fait nous n’avons aucune prise.

Comment, alors, malgré les circonstances extérieures, avancer avec conviction ?

Quels ingrédients faut-il pour garder le cap ?

Pour quelles raisons tant de personnes ont des difficultés à avancer dans leur vie ?

Autant de questions que l’on peut se poser sans forcément trouver la réponse ?

Et si la réponse était en nous ?

Comment aller chercher à l’intérieur de nous-mêmes, les ingrédients pour réussir notre vie ?

Et d’ailleurs, quels ingrédients chercher ?

Quelles sont ces clefs si précieuses qui nous ouvriraient la porte au bonheur de vivre ?

Qu’est-ce qui nous permettrait de connaitre ces clefs ?

Peut-être serait-il plus facile de les trouver si nous nous connaissions mieux intérieurement.

-Se Connaitre :

La plupart des gens ont une certaine opinion d’eux-mêmes et restent figer sur celle-ci. Tout ce que les autres peuvent leur dire de valorisant reste sans effets. Nous avons aussi une certaine tendance à ne pas tout révéler de nous-mêmes par peur de décevoir ou de heurter ou de ne pas être aimé.

Et connaissons-nous toutes nos capacités ?

Comment alors se connaitre mieux ?

Pouvez-vous imaginer chaque individu sur cette terre avec une paire de lunettes. Chaque paire de lunettes serait unique et aurait un verre spécifique avec des filtres spécifiques : les filtres de notre histoire, de nos croyances, de nos valeurs. Chaque individu verrait alors la réalité différemment et de façon unique. Chaque individu aurait sa vérité. On pourrait dire alors qu’il n’y a pas Une Vérité mais autant que d’individus sur terre.

Alors certaines personnes resteraient avec leur paire de lunettes alors que d’autres essaieraient les paires de lunettes des autres pour voir comment ça peut être autrement et par là, élargir leur vision des choses.

Alors pouvez-vous imaginer essayer les paires de lunettes de vos proches, de vos amis et vous regarder avec celles-ci. Vous pourriez constater ce qu’ils voient de vous et que vous ne voyez pas et cela vous permettrait d’élargir votre vision de vous-même.

De plus, comme vous le savez, on ne peut bien voir avec des lunettes qu’en étant attentif à ce qu’elles soient propres et s’autoriser aussi à prêter nos lunettes pour que l’autre nous regarde avec notre perception. Peut-être découvrait-il des choses qu’il ne voyait pas de nous n’est-ce pas ?

Et si on prenait encore plus de soin à nettoyer nos lunettes, peut-être découvririons nous des choses chez nous que nous ne connaissons pas.

Tout cela nous permettrait de faire grandir cette connaissance de nous-mêmes.

-S’accepter

Alors pour faire cela, il est plus facile d’être bienveillant envers soi-même, d’accueillir ce que l’on pourrait découvrir de nous-mêmes comme un cadeau, une opportunité d’évoluer.

C’est un peu comme si on faisait un état des lieux de nous-mêmes ; un constat et tout est parfait comme ça. Chacun d’entre nous sera alors libre de choisir s’il veut changer certains paramètres ou pas. Alors à ce moment-là évoluer, changer devient un choix et un choix nous amène à une certaine liberté d’être ce que l’on est avec acceptation et bienveillance.

 

-Etre honnête envers soi-même :

Cela suppose d’être honnête envers soi-même, de voir tout ce qu’il y a à voir au travers de nos lunettes et de celles des autres.

L’honnêteté envers soi-même c’est aussi accepter et accueillir ses émotions, les comprendre et agir en fonction de ce qu’elles nous disent.

Chacune de nos émotions vient nous signifier de faire quelque chose pour rester en accord avec nous-même. Cependant combien de personnes étouffent ou ne ressentent pas leurs émotions ?

Combien de personnes n’écoutent pas leurs messages et continuent à faire toujours de la même chose qui ne fonctionne pas ?

Et pourtant quelle liberté de savoir les accueillir, les comprendre et suivre leurs indications d’agir.

-Agir

L’action c’est le mouvement et le mouvement c’est la vie. Nous sommes des êtres doués de penser, de ressentir et d’agir. C’est un peu comme une roue qui tourne et si l’un des rayons est cassé, comment va tourner cette roue ? Si nous consolidons un rayon au détriment d’un autre, comment cette roue sera équilibrée ?

Pour bien tourner, la roue à besoin de tous ses axes de rotation et il ne nous viendrait pas à l’esprit de rouler avec des roues bancales.

 

Nous fonctionnons un peu comme une roue. Chaque instant de notre vie, chaque seconde, chaque minute, nous pensons, ressentons et agissons et si nous n’agissons pas, nous déséquilibrons notre roue, notre système tout comme lorsque nous étouffons ou ne ressentons pas nos émotions ou que nous n’accordons aucune attention à nos pensées ou encore lorsque nous privilégions un rayon plutôt qu’un autre.

Alors l’action doit être sincère et en accord avec nous-mêmes. Seulement combien de fois n’agissons nous pas parce qu’une petite voix nous dit de ne pas faire ?

-Faire taire le critique intérieur :

Cette petite voix qui nous empêche souvent d’avancer, d’agir est comme un critique à l’intérieur de nous-mêmes, comme un auto-sabotage.

 Pour la plupart cette voix est en mode automatique et nous n’en avons pas conscience.

Que se passerait-il alors si nous commencions à repérer cette petite voix, à constater qu’elle est présente et consciemment à la recadrer, à lui dire non si elle ne nous sert pas ?

Et il arrive souvent que ce critique intérieur nous amène à vivre des échecs.

-Accepter l’idée de l’échec :

C’est en se trompant qu’on apprend !

On dit qu’il n’y a pas d’échec, il n’y a que du feed-back. Chaque chose que vous faites, chaque choix que vous faites, aboutit à un résultat et si ce résultat ne convient pas, il suffit de faire autre chose jusqu’à ce que le résultat vous convienne. Pensez-vous que Einstein a réussi ses recherches du premier coup. Combien de fois a-t-il fallu qu’il se trompe pour aboutir à sa théorie de la relativité ? Combien d’entrepreneurs échouent avant de vivre une réussite ?

 Chaque action donne un résultat et ce résultat nous amène à d’autres actions.

Pour être au clair avec nos actions et les conséquences, il est important de se définir.

Nos actions découlent de nos choix et nos choix nous demandent de nous positionner d’une certaine façon. Faire un choix c’est se positionner. Se positionner, c’est s’affirmer dans ses choix, dans ce que l’on est.

-S’affirmer :

L’affirmation de soi passe par une bonne connaissance de nos valeurs. Nous passons notre temps à nourrir nos valeurs. Elles sont comme une boussole interne qui nous guide. Pour savoir où l’on va, il est important d’avoir une bonne boussole. Une boussole défectueuse nous guidera de façon approximative et cela engendrera de la frustration, du mécontentement voire de la colère.

Il est alors utile d’être au clair avec nos propres valeurs.

Qu’est-ce qui est important pour moi dans la vie ? et quoi de plus important encore ?

En quoi faire tel choix, nourrira-t-il mes valeurs ?

Nos valeurs sont un guide pour faire nos choix et faire nos choix, c’est nous positionner, nous affirmer, poser nos limites avec respect pour soi-même et les autres.

Il y a là une notion d’assertivité : dire ce qui est bien pour moi en me respectant et en respectant l’autre.

Pour respecter l’autre, il est de faire preuve d’empathie ;

-Empathie :

C’est la capacité à ressentir l’état émotionnel de l’autre sans le prendre pour soi.

Faire preuve d’empathie, nous permet de savoir si, quand nous parlons, l’autre a un ressenti positif ou négatif et de réajuster nos paroles en cas de ressenti négatif.

L’empathie nous aide à rentrer en connexion avec l’autre et à développer un lien social.

-S’appuyer sur le lien social est primordial pour nourrir l’estime de soi. Cela nous procure le sentiment d’être aimé et l’envie d’aider les autres.

L’être humain a un instinct grégaire et développer de saines relations nous amène à un degré extraordinaire d’estime de soi et d’altruisme.

C’est en lien avec soi-même et les autres que l’on crée un système en équilibre.

Se séparer de l’autre pour mieux s’y unir dans le respect de soi et de l’autre.

Tous ces ingrédients mis ensemble sont la parfaite recette de l’estime de soi.

L’estime de soi est quelque chose qui se nourrit chaque jour par la nourriture que nous nous apportons à nous-même et par ce que les autres nous apportent de positif, d’encourageant et de porteur pour nous.

Alors à vos marques !

A vous de jouer et de rentrer dans la cour des grands.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.